Coronavirus : les abattoirs, des nouveaux foyers de la maladie ?

Les abattoirs industriels français sont "incompatibles" avec le respect des mesures sanitaires anti-Covid-19.


PHOTO AFP

C'est ce qu'estime le syndicat la Confédération Paysanne, après l'apparition de dizaines de cas dans des abattoirs de Bretagne et du Loiret. L'inquiétude est forte, alors qu'en France la tendance est à la baisse du nombre de cas de coronavirus.



Lydie Hardouin travaille à l'abattoir de Fleury les Aubrais, où 54 personnes ont été infectées :

"Pour les vestiaires, ils ont des pauses décalés déjà. C'est vrai que c'est petit mais les gens font attention, parce qu'il savent ce que c'est quand même, ils ont vu qu'il y a eu des décès et tout."


Même problèmatique en Allemagne.L'abattoir de Westfleisch à Dissen a été temporairement fermé après que 92 travailleurs se sont révélés positifs.


Mais ici, ce sont les conditions de travail des nombreux employés migrants du secteur de l'élevage industriel qui font débat.

Peter Kossen est pasteur, et fondateur de l'association "Aktion Würde und Gerechtigkeit" : "_Ce sont des appartements très simples mais surpeuplés. Si vous réalisez que les tout-petits et les écoliers y vivent aussi, alors vous pouvez imaginer dans quelles conditions. Les gens y vivent et paient un loyer à la personne qui les emploie, donc le jour de la résiliation de leur contrat, ils doivent quitter leur appartement."


Beaucoup de ces travailleurs immigrés viennent de Roumanie etla crise sanitaire a fait passer leurs conditions de vie de précaires à dangereuses.


Et dans ce secteur où les risques de contagion sont accrus mais les gestes barrières quasi-impossibles à appliquer, l'éventuelle résurgence du Covid-19 est surveillée de très près par les autorités.


Avec : Euronews



Picskill

  • Instagram
  • Facebook

© 2020 Picskill.tout droit réservé

  • Twitter
  • Instagram