"Je travaille trop pour être Français":

Mohammed, Algérien, s'est vu refuser la nationalité française car il dépasse le temps légal de travail


Une demande de naturalisation refusée pour avoir trop travaillé. C’est ce que vient de vivre Mohammed, un Algérien de 36 ans arrivé en France en 2007 dans le cadre de ses études.


Après avoir obtenu des diplômes en France et s’être installé avec sa famille à Reims, Mohammed a cumulé plusieurs emplois pour offrir à sa famille une vie plus confortable.

Et c’est précisément ce que lui reproche aujourd'hui l’administration. Alors que le temps de travail légal est fixé à 151 heures par mois, Mohammed a cumulé près de 250 heures entre son CDI à temps plein et des missions en CDD.


"Ma vie elle est ici, en France"


Il est aujourd’hui choqué qu’on puisse lui refuser la nationalité française pour ce motif. Mohammed estime pourtant avoir la légitimité pour devenir français.

"J’ai obtenu des diplômes, en physique et science de l’ingénieur, biologie chimie et santé suivi d’un master 2 en Hygiène-Sécurité-Environnement. Faute de trouver un travail, j’ai mis mes diplômes de côté (…) Je vis en France. Ma vie elle est ici, en France".

Tout comme sa vie professionnelle: employé dans l’événementiel, agent de sécurité… Mohammed cumule un emploi en CDI la semaine et parfois des missions en CDD le weekend: "Je voulais garantir une vie meilleure à ma famille. Je me suis dit ‘j’ai du temps donc autant travailler et gagner un peu plus’. Je ne gagnais pas 10 millions. C’est à peine si je dépassais les 2.000 euros (…) Je travaille trop pour être Français".



"Je suis choqué"


Mais Mohammed travaille trop: plus de 151 heures par mois. Sous ses yeux le courrier de la sous-direction à la nationalité française est formel: "Monsieur, on ne peut pas vous accorder la nationalité française, vous avez dépassé le temps légal de travail en France. Je suis choqué. On m’aurait dit que j’avais une situation professionnelle instable, j’aurais pu comprendre. Mais on me reproche de trop travailler et ça, je ne le comprends pas".

En plus d’un recours administratif Mohammed va écrire au président de la République: "Je crois à la résilience. Jamais je ne baisserai les bras", affirme Mohammed.

Picskill

  • Instagram
  • Facebook

© 2020 Picskill.tout droit réservé

  • Twitter
  • Instagram