Manifestation Justice pour Adama à Paris : interdiction par la police, maintien par le collectif

Mis à jour : juin 5

La préfecture de police de Paris a indiqué, mardi 2 juin 2020 sur son compte Twitter, que la manifestation Justice pour Adama prévue à 19 heures au tribunal était interdite.



Le comité «La vérité pour Adama» a maintenu le rassemblement prévu ce mardi soir devant

le tribunal judiciaire de Paris, malgré son interdiction par la préfecture de police.


Une foule importante s'est rassemblée ce mardi soir devant le tribunal judiciaire de Paris, porte de Clichy. Malgré l'interdiction de cette manifestation par le préfet de police Didier Lallement, plus tôt dans la journée, de nombreuses personnes ont rejoint le rassemblement organisé par le comité de soutien à la famille d'Adama Traoré, un jeune homme noir de 24 ans décédé en 2016 lors d'une interpellation.

Une foule impressionnante de plusieurs milliers de personnes était présente, sur le parvis du tribunal, selon notre journaliste sur place. Plus de 15.000 personnes étaient rassemblées selon la police.


Après deux heures de rassemblement dans le calme, la situation a commencé à se tendre entre certains manifestants et les forces de l'ordre.


Certaines personnes sont en effet venues en découdre avec la police, selon notre journaliste sur place, qui a assisté à des tirs de mortiers d'artifice. De son côté, la police a répliqué avec des tirs de gaz lacrymogènes. Des manifestants ont également pris place sur le périphérique parisien, coupant ainsi la circulation.




Deux brasiers ont également été déclenchés sous le périphérique parisien, surélevé à cet endroit, par des manifestants.

Des feux alimentés facilement par du mobilier urbain et des débris provenant de chantiers, proches du tribunal.

Avant que la situation ne dégénère, la grande soeur d'Adama Traoré, Assa Traoré, s'était adressée à une foule compacte rassemblée devant le tribunal. «Mon frère est mort le jour de son anniversaire. Il a mis son bob, il a mis sa chemise à fleur, il a pris son vélo et il est sorti faire un tour.


Mais en france, un noir ne peut pas sortir faire un tour de vélo» a-t-elle expliquée, avant d'accuser «la justice française» de couvrir les gendarmes qui ont «tué» son frère. «Justice pour Adama !» a alors scandé la foule.


Avec Le Figaro

Picskill

  • Instagram
  • Facebook

© 2020 Picskill.tout droit réservé

  • Twitter
  • Instagram